Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:35
Dali n'est pas à une contradiction près, nous allons nous en aperçevoir à partir de ce fait très étrange et qui a du mal à s'expliquer par la raison.
La scène se passe à Cambrils, près de Barcelone. Dali vient de faire la connaissance d'un jeune garçon au cheveux blonds qui est plus petit que lui.
Dali l'aide de son bras à avancer avec son tricycle lorsque les deux jeunes garçons passent sur un pont en construction dont les garde-fous ne sont pas encore terminés.
Après avoir vérifié que personne ne les observait, Dali pousse brutalement l'enfant dans le vide et celui-ci tombe d'une hauteur de quatre mètres sur des rochers.
Dali va desuite alerter la maison et l'enfant sera soigné pendant plus d'une semaine.
Pendant ce temps, Dali observe le manège général sans éprouver ni remords ou sentiment de culpabilité.
Il ira même jusqu'à aller se promener, le soir de cette journée et goûter à la beauté de chaque brin d'herbe.

Alors ce sont des faits, qui montrent à quel point la personnalité de Dali est complexe et peu rationnelle.
Pourquoi faire du mal gratuitement, aller au bout d'un geste qui aurait pu être irréversible.
Cela il ne se l'explique pas et il y trouve presque un certain plaisir ce qui fait véritablement froid dans le dos.
J'ai personnelement trouvé cette scène très dure et la crauté de son geste ne peut pas être légitimée.
Il y aura forcément des facettes du géni Dali que l'on ne pourra pas aimer mais juste essayer de comprendre dans leur absurdité.
Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 22:55
A 6 ans, Dali avait le désir d'être cuisinière, peut-être parce que manger dans la cuisine lui était formellement interdit par ses parents. L'idée de braver ce lieu interdit pour y déguster des choses l'a poussé de nombreuses fois à se faire réprimer, ce qui rajoutait sans doute à son envie d'y revenir.

Dali avoue avoir eu des rapports intransigeants avec la nouriture. Par exemple, il deteste les épinards, on n'en retrouvera donc pas au détour de ses nombreux tableaux. Comment être ami avec un légume informe, qui ne coule pas, n'a pas d'arondis, bref apparaît comme totalement ennuyeux aux yeux de monsieur Dali.
Au contraire, les crustacés fascinent Dali, qui les trouve merveilleux avec leur os comme carapace dure extérieure et leur chair tendre à l'intérieur. Ils sont ainsi abrités des agressions extérieures mais vulnérables à la décortication qui permettra leur dégustation.
Autre aliment Dalinien, le camembert lorsque coulant, il prend une forme qui rappelera celle des montres molles.
Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 23:24
[1911]
A l'age de sept ans, Dali s'imaginait être Napoléon. Cette attirance s'explique par la présence d'une image de Napoléon, au salon du deuxième étage de la maison familiale, habité par une famille argentine, les Matas.
Image ou l'empereur aparaît à côté d'un petit tonneau de bois rempli de maté. Cette image d'un empereur orgueilleux, vêtu d'un chapeau noir, correspondait parfaitement alors à l'idéal Dalinien, au point d'en faire une fixation, à l'image du jaune d'oeuf sur le plat mais sans le plat.
Dali dans son délire bucal imaginant pouvoir sucer le liquide de Napoleon dont la chair généreuse serait impregnée du fameux maté.
Repost 0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 23:27
[1904-1910]
Dali est né en 1904 en Espagne, dans la ville de Figueras près de la frontière Franco-Espagnole.
Très tôt, Dali ne se sent pas "comme les autres" et ses ambitions sont démeusurées.




Repost 0
Published by eric_de_nice - dans Vie de Salvador DALI
commenter cet article